L’extraordinaire délicatesse du papier découpé

L’extraordinaire délicatesse du papier découpé

Après avoir déchiqueté un emballage de Biskroks (tombé bien évidemment sous ses pattes en toute innocence), Jenny s’est soudainement aperçu qu’en machonnant le papier de façon appliquée, elle avait inconsciemment réalisé un dessin d’os. Merveilleuse créatrice de tous les instants qu’est cette chienne ! Inspiratrice sans égale ! Egérie incommensur… Rhooo, ça va, n’en jetez plus…
Il n’était alors plus pensable que je ne te livre pas tous les secrets de cet art ancestral du papier, sous le regard bienveillant de ma muse, qui avait dès lors bien mérité son Biskrok.
Cap sur le papier découpé !

Le papier découpé, un art présent aux quatre coins du globe

Au risque de vexer Jenny, elle n’est pas le seul individu à avoir réalisé des dessins en dépiautant un bout de carton. Sur tous les continents, on retrouve des chiens qui ont inspiré leurs maîtres. Jenny, vas faire du boudin.

Le jianzhi de Chine

Au IVème siècle apr. J.-.C (oui il fallait quand même attendre que le papier existe avant de pouvoir le découper), des moines chinois se sont mis à le travailler de façon à obtenir des décorations pour les temples lors de cérémonies religieuses. Pourquoi un tel sectarisme me demanderas-tu ? Tout est une histoire de sous, ma pov’ Lucienne. Le coût extrême du papier à l’époque (la ramette de 500 feuilles n’avait pas le même prix) ne permettait pas de le laisser entrer dans les foyers du tout-venant. Dehors la populace, Schmitt fait les cuisines, nous, c’est le papier. Circulez.
Mais grand et magnanime, Clairefontaine s’en est mêlé, réparant les injustices et accordant à toutes les familles chinoises la possibilité d’accrocher des suspensions à leur maison lors de la fête du printemps (mais si, tu sais bien… le nouvel an lunaire). 

Un joli Jianzhi chinois rouge
Jianzhi chinois

Le kirigami du Japon

Non mes doigts n’ont pas fourché sur le mot “kirigami”, je n’ai pas voulu écrire “origami”. Alors cela reste certes du domaine du papier mais là où un origamiste va plier, le kirigamiste va découper.
De la même façon que leurs voisins chinois, les Japonais ont longtemps réservé les pratiques rituelles de découpage aux cérémonies religieuses shintoïstes , et ce à partir du VIIème siècle apr. J.-C. Coups de cisaille à droite, coups de cisaille à gauche, les laïques ont eu accès à l’art du kirigami ; la tradition s’est perpétuée jusqu’à nos jours et des artistes célèbres exposent leurs créations de washi paper (papier de soie japonais) dans de nombreuses galeries d’art.

Le papel picado du Mexique

Une Margarita, un sombrero, et hop envol pour l’état de Puebla. Jenny, prévoie la crème solaire.
La petite ville de San Salvador Huixcolotla (à réciter sans buter sur les lettres, à la sauce Supercalifri, supercafrili, sup… bref) est la capitale du papier découpé mexicain.
Lors des célébrations traditionnelles et en particulier lors de la fête des morts, les rues se parent de jolis feuilles ciselées qui flottent au vent, attachées les unes aux autres le long de guirlandes. Ornées de dessins simples ou de messages, elles jouissent désormais d’une utilisation purement décorative.

Papiers découpés mexicains multicolores en guirlande
Papel picado mexicain

Le canivet de Suisse

Allez avoue que tu pensais que les Suisses ne faisaient que des coucous, des montres et du gruyère. Alors hein hein hein ?!
Et pourquoi donc l’appellation de canivet : en raison du petit canif qui servait originellement à faire les découpages : dans les campagnes du XIXème, c’était une manière bon marché de représenter la vie de l’alpage au moyen de représentations picturales. En gros, le Pinterest de l’époque. Moins rapide. Mais c’est Suisse, ne l’oublions pas, on ne peut pas non plus révolutionner d’un coup une tradition ancestrale de lenteur patience.
Il existe même le musée du château d’ Œx qui abrite les collections de maîtres canivets (mais oui Jenny, ça se dit certainement, chut, repars faire du boudin) : Hauswirth, Saugy ou Gallopin de Cussy.

Papier découpé suisse, scène d'alpage en noir et blanc

Les silhouettes de France

Aaaaaaah quand même. Mais oui, on est dans la liste.
En France, l’art de la silhouette s’est développée au XVIIIème siècle notamment sous l’influence d’Etienne de la Silhouette qui, quand il ne contrôlait pas les finances de Louis XV, dessinait les contours des ombres de ses invités au château de Bry-sur-Marne, puis les découpait (les contours, pas les invités). Oui bah y en a qui font des soirées diapos, lui c’était les ombres chinoises, chacun son truc. 
Le film d’animation a repris la technique des silhouettes découpées dans de nombreux longs métrages, offrant une poésie sans pareille à ses spectateurs.

Le papier découpé DIY

Avec la boîte lumineuse de la St Valentin, tu as un aperçu de ce qui peut être facilement réalisé en terme de papier découpé. Je dis “facilement” car les découpages qui sont demandés ne sont pas prises de tête au point de suer quinze litres de flotte dès que tu approches ton cutter de précision de la feuille et la boîte se réalise en 2 heures. J’ai également tenu à utiliser un papier relativement épais du Canson 180g/m²) pour jouer sur sa résistance : du washi paper entre des mains non averties, et on obtient de jolies boulettes de papier crépon. Recyclage rapide, mais c’était pas le but…

Le kiosque des amoureux en papier découpé lumineux
Boîte lumineuse de la St Valentin

Maintenant il existe une quantité infinie de créations en papier découpé :

  • photophores ;
  • carterie (avec un engouement ces derniers temps pour les cartes pop-up)
  • abat-jour ;
  • cadres décoratifs ;
  • guirlandes à thème (Noël, Halloween, St Valentin).

Le matériel reste sensiblement le même :

  1. un cutter de précision ;
  2. des feuilles plus en moins épaisses suivant la réalisation que tu veux faire ;
  3. une planche de découpe ;
  4. de petits ciseaux de broderie (à bouts pointus).

Pour cette histoire d’épaisseur de feuille, dis-toi que plus tu prends épais, plus il faut de la force pour transpercer le papier, donc tu perds forcément en minutie. D’un autre côté, plus le papier est fin, plus il est facile de le découper, plus il est facile de le déchirer. C’est moche mais d’une trivialité déconcertante.

La couleur du papier choisi va dépendre du résultat à atteindre : pour de la transparence et un jeu de lumière, il vaut mieux des papiers clairs. Si tu veux oeuvrer dans la silhouette, un papier noir opaque sera idéal.

Une chose essentielle à retenir, hormi le fait que Jenny ne boude plus car il est bientôt l’heure de manger : le papier découpé, qu’il vienne d’Orient, du pays des tacos ou du fin fond du Val-de-Marne, est une affaire de patience. Ne désespère pas si tu ne réussis pas du premier coup ! Apprends à dompter ton cutter ou ta paire de petits ciseaux et régale-toi déjà de maintenir une tradition ancestrale. (Rien que ça c’est la classe.)
Je te laisse le soin de découvrir tous les DIY cités plus haut, sur nos pages Facebook, Pinterest et Instagram. (Comment ça, tu n’es pas encore inscrit ?! Mais file vite le faire, avant que Jenny ne s’en aperçoive, malheureux !!)

Et comme toujours, nous attendons tes commentaires avec impatience juste en dessous !
À ton clavier !

Postez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.